La Dame des marais. Une géohistoire surnaturelle des zones humides - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2021

La Dame des marais. Une géohistoire surnaturelle des zones humides

(1)
1
Bertrand Sajaloli

Abstract

, le Groupe d'histoire des zones humides rassemble chercheurs en sciences biophysiques et humaines, gestionnaires publics et privés ainsi qu'usagers des lieux d'eau. Chaque année il organise des journées de terrain où, autour d'un thème porteur emblématique du site retenu, et en dehors des scènes institutionnelles habituelles, se nouent des échanges entre courants d'idées et pratiques dissemblables de l'espace afin que se dessine une autre perception des zones humides plus à même d'en cerner une gestion apaisée 2. Si la géohistoire des territoires en constitue le fil directeur, chacune des zones humides visitées a révélé sa part de mystères, ses figures surnaturelles, souvent féminines, à tel point qu'une Dame des marais semble suivre de près les travaux du Groupe ! En Brenne (2005), chaque étang est la demeure d'un ou plusieurs de ces êtres surnaturels : l'Effe à la Dame (Rosnay) accueille une fée tandis que le Grand Bissète, génie des eaux plusieurs fois grand comme un homme, inspire une immense terreur. Dans le Laonnois (2007), ce sont les cris effrayants de l'évangélisateur irlandais Saint Boétien, noyé au VIIème siècle par les villageois de Pierrepont, que l'on entend encore dans les marais éponymes. À Saint-Omer (2007), c'est la sorcière Marie-Grouette, mi-femme, micrapaud, qui, vivant dans les eaux du marais audomarois, chasse les enfants désobéissants avec ses mains crochetées et les noie. En Camargue (2008), outre les Saintes Maries, amies de Jésus, fuyant les persécutions, arrivées dans le delta dans une barque sans voile ni rame, c'est aussi la Bête du Vaccarès, homme aux cornes de bouc, qui se réfugie dans la sansouire. À Valenciennes (2010), c'est Arnoulette Defrasnes 3 , reine des sorcières, amante du Diable, brûlée en 1667, qui hante toujours les bois humides. En Sologne (2010), la sorcière de la Malnoue transforme les jeunes bergers en crapauds ; à Padoue (2012), dans le delta du Pô, Saint Antoine guérit et résout les situations les plus désespérées. À Bellay (2014), dans le Bugey, la Vouivre, serpent-ailé ou jeune-femme d'une grande beauté suivant son humeur, vit nue dans les marais et attire les hommes et les tue quand ils ne s'intéressent plus qu'à son diadème. En Dombes (2016), saint Guinefort et son chien-lévrier martyre protège les enfants s'ils sont plongés neuf fois dans la rivière de la Chalaronne 4. Dans le pays de Retz (2017), une légende du lac de Grand Lieu (de Grandis locus « lieu où l'on a vu de grands miracles ») raconte qu'une cité normande, Herbauges, aurait été engloutie au VIème siècle car elle s'opposait à l'évangélisateur nantais saint Martin de Vertou tandis que les cloches de la ville
Fichier principal
Vignette du fichier
2020.04.28 La Dame des marais.pdf (638.65 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03539949 , version 1 (17-02-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03539949 , version 1

Cite

Bertrand Sajaloli. La Dame des marais. Une géohistoire surnaturelle des zones humides. Marie DELCOURTE, Marc GALOCHET, Fabrice GUIZARD, Emmanuelle SANTINELLI-FOLTZ. Environnement : temps, territoires sociétés. Hommage à Corinne Beck, Presses universitaires de Valenciennes, 2021, 9782364240742. ⟨hal-03539949⟩

Collections

UNIV-ORLEANS
30 View
44 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More