Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

L’intérêt à agir et l’intérêt royal : aux origines de la justice publique au Moyen Âge

Résumé : « (Le docteur) : Est-ce que, dans votre méthode, l'intérêt du malade n'est pas un peu subordonné à l'intérêt du médecin ? (Knock) : Docteur Parpalaid, vous oubliez qu'il y a un intérêt supérieur à ces deux-là. (Le docteur) : Lequel ? (Knock) : Celui de la médecine ». Jules Romains 1 , dans un domaine bien éloigné du droit, et malgré toute la mauvaise foi de son personnage, met en lumière les ambigüités qui nourrissent les problématiques de ce colloque : hiérarchie entre intérêts collectifs et intérêt individuel, intérêt désintéressé ou égoïste, mais aussi émergence d'une notion plus abstraite de l'intérêt supérieur, presque transcendant. Étymologiquement 2 , le mot « intérêt » vient du latin « intersum, interesse », littéralement « être entre », se situer dans l'intervalle, voire, au figuré, être séparé ou différent, mais aussi par extension « être parmi ». Sous la forme impersonnelle, sans doute plus tardive et très présente chez Cicéron, « interest » signifie « il importe que », « il est avantageux de ». Et enfin, plus proche de nous, dans le vocabulaire juridique du Digeste de Justinien, l'intérêt est surtout le dédommagement ou l'appréciation du dommage 3. C'est, à la différence des autres langues romanes, ce dernier sens qui est privilégié en très ancien français. Le mot apparaît en effet à la fin du XIII e siècle et désigne apparemment presque de manière exclusive la notion de préjudice à réparer. Notons que Philippe de Beaumanoir utilise de préférence le terme « oes », dérivé du latin opus pour exprimer cette idée 4 , alors qu'il emploie aussi le mot « damage ». Dès le milieu du XIV e , les deux sont d'ailleurs associés dans l'expression : « dampmages et interes ». Rabelais entend encore l'acception « dommage », sans quoi un contresens pourrait être fait lorsqu'il évoque les « hypocriticques braguettes d'un tas de muguetz qui ne sont plenes que de vent au grand interest du sexe feminin 5 ». Mais presque concurremment à la fin du Moyen Âge, et dans un champ lexical très juridique également, l'interest désigne la valeur, le prix 6 ou le « profit retiré d'une somme prêtée ». Ce n'est qu'après le XV e siècle que l'« intérêt » se porte sur quelqu'un ou captive l'attention par exemple chez Montaigne ou Madame de Sévigné. L'intérêt égoïste semble plus tardif encore, Choderlos de Laclos évoque un « mariage d'intérêt » et Marcel Proust craint ne pouvoir être aimé que par « intérêt ».
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://hal-univ-orleans.archives-ouvertes.fr/hal-03530190
Contributor : Pierre-Anne Forcadet Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, January 30, 2022 - 2:30:36 PM
Last modification on : Friday, February 25, 2022 - 6:23:05 PM

Files

Communication Intérêt.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03530190, version 1

Collections

Citation

Pierre-Anne Forcadet. L’intérêt à agir et l’intérêt royal : aux origines de la justice publique au Moyen Âge. Barbé, Vanessa; Guillerminet, Cédric; Mauclair, Stéphanie. La notion d’intérêt(s) en droit, 112, Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie; Librairie générale de droit et de jurisprudence - Lextenso éditions, pp.11-21, 2020, Colloques & essais. ⟨hal-03530190⟩

Share

Metrics

Record views

26

Files downloads

7