Catégoriser les usagers dans les conflits de restauration de la continuité écologique : vers un dépassement de la sectorisation institutionnelle ?

Résumé : La continuité écologique (CE) est un concept appliqué à la gestion des cours d’eau et des milieux aquatiques. Appuyé par un cadre législatif et réglementaire français renforcé depuis la fin des années 2000, le concept s’insère dans un ensemble d’outils de planification territoriale destinés à préserver et restaurer la biodiversité ainsi qu’atteindre le bon état écologique des cours d’eau exigé par la Directive Cadre sur l’Eau (2000/60/CE). L’étude de projets controversés de restauration de la continuité écologique (bassins versants de l’Aulne et de la Seiche – Bretagne) permet d’apporter un éclairage sur la confrontation entre différents modes de valorisation des cours d’eau (écologique, touristique, patrimoniale…). La recherche questionne l’action publique dans sa capacité à dépasser l’intervention technico-scientifique comme résolution d’un problème d’environnement pour proposer un projet de développement local ayant un socle territorial pertinent. Les conflits d’usages des cours d’eau dans le cadre de ces interventions écologiques sont la manifestation d’une opposition d’usagers de l’eau. Elle interroge les modalités d’application de la continuité écologique institutionnelle. Les usagers de l’eau sont une catégorie d’acteurs de la politique de l’eau. Ils élisent des représentants qui participent aux instances institutionnelles de coordination, de planification. Au sein de ce groupe, différentes catégories d’usagers sont définies en fonction de l’usage qui est fait de la ressource et qui détermine des intérêts convergents. Cette approche sectorisée des usages, et par extension des usagers de l’eau, domine actuellement la gestion. Cependant, la mobilisation d’usagers de l’eau contre les projets de restauration de la continuité écologique questionne cette approche. Les conflits étudiés sont un moment d’éclatement des cadres classiques de la sectorisation. Le spectre de l’opposition est large, les regroupements d’usagers sont inter-catégoriels. A partir d’une analyse d’entretiens semi-directifs, les pratiques et représentations spatiales du cours d’eau apparaissent comme des déterminants majeurs dans l’analyse des modalités et motifs de leur opposition. Il s’agira de les caractériser et de dépasser la catégorisation institutionnelle de l’usager de l’eau qui apparaît comme peu opérationnelle pour interpréter les oppositions aux opérations de restauration de la continuité écologique. L’enjeu est de considérer la pluralité de leur rapport au cours d’eau comme étant au fondement d’intérêts et d’attentes plurielles quant à la gestion de l’eau et des milieux aquatiques.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-univ-orleans.archives-ouvertes.fr/hal-02132637
Contributor : Scd Université d'Orléans <>
Submitted on : Friday, May 17, 2019 - 12:42:39 PM
Last modification on : Sunday, May 19, 2019 - 1:20:14 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02132637, version 1

Citation

Caroline Le Calvez. Catégoriser les usagers dans les conflits de restauration de la continuité écologique : vers un dépassement de la sectorisation institutionnelle ?. Doctoriales en Sciences sociales de l’eau, Institut Montpelliérain de l’eau et de l’Environnement (IM2E), Jun 2016, Montpellier, France. ⟨hal-02132637⟩

Share

Metrics

Record views

31