L’influence des étangs à moine sur la qualité des ruisseaux en tête de bassin, l’exemple de la température de l’eau du Limousin et du Berry - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year :

L’influence des étangs à moine sur la qualité des ruisseaux en tête de bassin, l’exemple de la température de l’eau du Limousin et du Berry

(1) , (1)
1

Abstract

Dans les régions du Centre-ouest de la France, le système de sortie d’eau profonde appelé « moine » équipe 13 % des étangs. Mais l’administration incite fortement à augmenter cette proportion, arguant de ce que cet équipement réduirait le réchauffement des étangs sur le réseau hydrographique. Nous avons mesuré les températures de l’eau de quatre étangs à moine pendant 13 ans, si bien que cet article repose sur le traitement de 142 200 données inédites. Par rapport au déversoir de surface, le moine est un système qui (i) décale le réchauffement du cours d’eau émissaire sur la fin de l’été et l’automne, (ii) réduit le réchauffement moyen annuel à environ 1°C, (iii) réduit le réchauffement des maxima diurnes, (iv) augmente le réchauffement des minima. L’étang à moine réchauffe la rivière par une eau profonde qui a acquis sa chaleur par convection mécanique, causée par le vent, au contraire de l’étang à déversoir, qui fournit une eau de surface réchauffée par l’insolation. En hiver, l’étang à moine ne dégrade pas les conditions thermiques de la vie sous gravier embryono-larvaire de la Truite fario. En été, le moine empêche le refroidissement nocturne de l’émissaire et augmente trop fortement la température des minima pour les espèces sensibles.
L'influence des étangs à moine sur la qualité des ruisseaux en tête de bassin, l'exemple de la température de l'eau du Limousin et du Berry par L. Touchart L. & P. Bartout, 2015 Résumé : Dans les régions du Centre-ouest de la France, le système de sortie d'eau profonde appelé « moine » équipe 13 % des étangs. Mais l'administration incite fortement à augmenter cette proportion, arguant de ce que cet équipement réduirait le réchauffement des étangs sur le réseau hydrographique. Nous avons mesuré les températures de l'eau de quatre étangs à moine pendant 13 ans, si bien que cet article repose sur le traitement de 142 200 données inédites. Par rapport au déversoir de surface, le moine est un système qui (i) décale le réchauffement du cours d'eau émissaire sur la fin de l'été et l'automne, (ii) réduit le réchauffement moyen annuel à environ 1°C, (iii) réduit le réchauffement des maxima diurnes, (iv) augmente le réchauffement des minima. L'étang à moine réchauffe la rivière par une eau profonde qui a acquis sa chaleur par convection mécanique, causée par le vent, au contraire de l'étang à déversoir, qui fournit une eau de surface réchauffée par l'insolation. En hiver, l'étang à moine ne dégrade pas les conditions thermiques de la vie sous gravier embryono-larvaire de la Truite fario. En été, le moine empêche le refroidissement nocturne de l'émissaire et augmente trop fortement la température des minima pour les espèces sensibles.
Fichier principal
Vignette du fichier
Touchart_Bartout_2015_influence_étangs_moine_pour_HAL.pdf (853.74 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-02093956 , version 1 (04-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02093956 , version 1

Cite

Laurent Touchart, Pascal Bartout. L’influence des étangs à moine sur la qualité des ruisseaux en tête de bassin, l’exemple de la température de l’eau du Limousin et du Berry. Mieux comprendre les étangs. Expériences nationales et internationales du Berry limousin à l’Europe orientale, 2015, Brive-la-Gaillarde, France. pp.140-150. ⟨hal-02093956⟩
73 View
17 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More